Comment intégrer la nature dans nos zones urbaines

Restaurer la nature en ville : pourquoi agir dès maintenant ?

En moins d’un siècle, les villes ont connu une croissance spectaculaire. Depuis les années 1950, la population urbaine est passée de moins de 30 % à plus de 50 %, et cette proportion pourrait atteindre 70 % d’ici 2050.

Cette expansion urbaine a entraîné de nombreuses conséquences pour la planète. L’artificialisation et la dégradation des espaces naturels, l’augmentation de la pollution atmosphérique et des émissions de gaz à effet de serre en sont quelques exemples.

L’urbanisation rapide exerce également une pression considérable sur les ressources naturelles, aggravant ainsi le dérèglement climatique.

Ville urbaine et animée
Pexel

La protection et le développement de la nature en milieu urbain deviennent donc essentiels pour construire la ville durable de demain.

En réintroduisant des écosystèmes naturels dans nos cités, nous ne faisons pas seulement revivre des paysages. Nous redonnons vie à un tissu écologique essentiel qui soutient la biodiversité, améliore la résilience climatique et favorise le bien-être humain.

Rendre nos villes plus vertes pour freiner le changement climatique

Le réchauffement climatique représente sans conteste le défi majeur de notre époque. Mis en lumière par la communauté scientifique et de nombreux acteurs de la société, ce phénomène peut néanmoins être ralenti grâce à la nature, une alliée précieuse.

Restaurer la nature en milieu urbain, dans une démarche d’urbanisme durable et écologique, constitue une stratégie efficace pour atténuer les effets du changement climatique

En effet, végétaliser 25 % d’une zone urbaine peut abaisser sa température moyenne de 2 à 4 °C. Ce résultat est obtenu grâce à des processus naturels tels que la photosynthèse, l’ombrage apporté par la végétation et l’évapotranspiration des plantes. Ces mécanismes naturels jouent un rôle fondamental dans la régulation thermique, offrant ainsi une réponse durable et efficace aux défis climatiques actuels.

La végétalisation des espaces publics implique, entre autres, la transformation des cours de récréation en cours « oasis » et la renaturation des friches abandonnées. Bien que la surface des espaces verts reste stable à 50 m² par habitant, le nombre d’arbres pour 100 habitants a augmenté, passant de 11 à 12, selon l’Observatoire. Cette tendance devrait s’intensifier dans les prochaines années avec des stratégies de renaturation urbaine renforcées pour lutter contre les îlots de chaleur.

Un article du site Batiactu.com rapporte que les villes vont bien dans ce sens. Par exemple, la Ville de Paris a planté 25 000 arbres entre novembre 2022 et mars 2023. À Angers, 500 arbres seront plantés dans le cadre du projet d’aménagement du parc Saint-Serge.

Aménager des espaces verts 

Nous parlons ici des espaces verts, tels que les parcs et jardins publics, les aires de jeux pour enfants et les jardins thérapeutiques. Ces zones offrent non seulement des refuges pour la biodiversité, mais elles améliorent également la qualité de vie des citadins.

Prenons l’exemple du jardin thérapeutique de la Maison de santé Marie Galène à Bordeaux. Cet oasis de verdure offre aux patients et visiteurs un lieu de ressourcement unique. Conçu pour stimuler les sens et apaiser l’esprit, il combine plantes médicinales, chemins sinueux et zones de détente. Les bienfaits de ce jardin sont multiples : réduction du stress, amélioration de l’humeur et accélération de la guérison. La preuve qu’intégrer de tels espaces dans nos villes, c’est faire un pas de plus vers une société plus saine et équilibrée.

Installer des mobiliers végétalisés 

Le mobilier urbain végétalisé, comme les abris de vélo et de bus couverts de végétation ou les canopées végétales autonomes, commence à fleurir un peu partout dans le monde. Ces installations apportent une touche de verdure aux infrastructures urbaines tout en offrant des avantages pratiques.

Les écoquartiers, véritables vitrines de l’urbanisme écologique, intègrent bien ces différents types d’aménagements. Ils représentent un modèle d’harmonisation entre nature et urbanité et apportent une vision d’avenir pour des villes résilientes et durables. Ces quartiers où les bâtiments consomment peu d’énergie, où l’on produit de l’électricité grâce au soleil, où l’on fait pousser des plantes et des légumes tout en s’y déplaçant aisément.

L’écoquartier de l’Île-Saint-Denis en est un parfait exemple. Il illustre parfaitement comment développement durable et cohésion sociale parviennent à transformer un espace en véritable modèle de modernité écologique.

Revégétaliser les zones urbaines pour mieux gérer les risques d’inondation

Lors de fortes précipitations, les zones urbaines, particulièrement celles couvertes de béton, se transforment en véritables pièges à eau.

La cause principale réside dans l’imperméabilité des sols artificiels. En effet, les surfaces bétonnées empêchent l’infiltration naturelle de l’eau, provoquant l’accumulation de grandes quantités d’eau de pluie à la surface. Cette eau, ne trouvant pas de passage naturel, se précipite vers les réseaux de canalisations.

Ces infrastructures, soudainement submergées par des volumes d’eau massifs, finissent par déborder. L’eau refoulée des canalisations se mêle à celle tombant du ciel, créant ainsi un cercle vicieux qui mène inévitablement à des inondations.

restaurer la nature en ville pour mieux gérer les inondations
Pexel

Lorsqu’on introduit des espaces verts en ville, nous offrons à l’eau de pluie des voies naturelles pour s’infiltrer et être absorbée. Ce qui réduit la pression sur les systèmes de drainage et atténue le risque d’inondation.

  • Les jardins de pluie aux bassins d’orage : ces cités intelligentes retiennent habilement les déluges lors des intempéries les plus sévères. 
  • Les zones verdoyantes au pied des édifices.

Leur mission commune ? Augmenter la perméabilité des sols urbains pour que l’eau puisse pénétrer dans la terre et rejoindre les nappes phréatiques, protégeant ainsi les villes des ravages des inondations.

Introduire davantage de verdure en milieu urbain pour contrer la pollution atmosphérique

La pollution atmosphérique émerge comme le troisième défi majeur pour les cités aspirant à la durabilité urbaine. Sur le front de la santé publique, l’OMS est formelle : entre 4 et 9 millions de décès prématurés chaque année dans le monde lui sont imputables.

Mais ce n’est pas tout. La pollution atmosphérique aggrave également le spectre déjà menaçant du réchauffement climatique, entravant la photosynthèse des plantes et amoindrissant la réflectivité des glaciers.

Pire encore, ce fléau s’étend de manière insidieuse, contaminant et détruisant progressivement les écosystèmes urbains et naturels qui abritent une myriade de vies. Sols, eaux, végétaux, animaux, cultures nourricières… aucun recoin de notre environnement n’est à l’abri de cette menace sournoise.

Comment la nature aide-t-elle ? 

C’est un fait bien établi : grâce à la magie de la photosynthèse, les végétaux aspirent le dioxyde de carbone (CO²) de l’atmosphère, pour ensuite nous gratifier d’oxygène frais.

Les particules polluantes en suspension dans l’air se posent sur les feuilles et les branches des arbres et des plantes.

La photosynthèse pour réduire le dioxyde de carbone
Pexel

Là, certains de ces polluants sont capturés, puis transformés par la plante grâce à ses fidèles alliés, les stomates, ces minuscules portes d’entrée à la surface des feuilles qui alimentent le processus de photosynthèse.

En clair, restaurer la nature en ville offre bien plus que des oasis de verdure. C’est un moyen qui sert de bouclier contre la pollution, réduisant de manière significative la concentration de polluants dans nos environnements urbains.

Quelles stratégies adopter pour ramener la nature au cœur de nos villes ?

Restaurer la nature en ville n’est pas uniquement un acte de rédemption écologique.  C’est un impératif crucial si l’on veut combattre le changement climatique, déjouer les inondations menaçantes et éloigner la pollution atmosphérique étouffante.

Cependant, le bénéfice ne se limite pas à ces avantages. La nature en ville est un élixir pour notre santé. C’est une prescription pour le bien-être physique, émotionnel et mental, une invitation irrésistible à l’activité physique en plein air. 

Réintroduire la nature dans chaque plan urbain

L’objectif est de métamorphoser nos espaces en des jardins intimistes, des aires récréatives, des terrasses verdoyantes pour insuffler une nouvelle vie à nos cités.

En cultivant cette alliance entre béton et verdure, nous façonnons des villes plus belles, mais aussi des habitats plus sains, plus résilients et plus proches de la nature.

Des espaces verts pour restaurer la nature en ville
Pexel

L’aménagement urbain structuré autour de la nature nécessite une expertise pluridisciplinaire, faisant appel à des experts en écologie et en génie écologique.

Ces spécialistes guident pas à pas le processus, en identifiant les enjeux écologiques spécifiques et proposant des solutions innovantes et durables pour ramener la nature en ville et réussir une cohabitation harmonieuse entre la ville et la nature.

La transformation des espaces publics en zones vertes améliore notre qualité de vie et combat les îlots de chaleur. Et la bonne nouvelle est que nous pouvons tous contribuer à cette révolution verte en nous rendant par exemple sur ce site 👉: www.lesjardineurs.fr.

Le mot de la fin 

PUBLICITÉ

La Newsletter de Oliceo : 1 email par mois

Newsletter

En rapport... et autres articles

Bienvenue !

Connectez-vous à votre compte ci-dessous

Retrouver son mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse électronique pour réinitialiser votre mot de passe.